JAMAICA NICE #2 : HORACE ANDY @ Wackie’s

Vous connaissez forcément Horace Andy pour ces collaborations avec Massive Attack.
Mais avant d’être le chanteur mythique des pionniers de Bristol, Horace Andy s’était fait sa – grande – réputation dans le reggae!
Ses morceaux les plus connus furent sans aucun doute ceux enregistrés sur le mythique label Studio One de Sir Clement « Coxsone » Dodd, tels que les « Ain’t No Sunshine », « Money Money », « Skylarking »« Love of a Woman », « Just Say No », « Every Tongue Shall Tell »
Cependant, ceux qui m’ont beaucoup marqué furent ceux qu’il enregistra sur le label indépendant de New-York
Wackie’s.
Je vais d’ailleurs me fendre d’un petit laïus sur ce label, car il n’a, à mon sens, pas connu l’aura qu’il méritait.
A la fois magasin de disques et studio d’enregistrement, Wackie’s s’est différencié par
un son particulier, fondé sur une basse très lourde et un son plutôt « lo-fi » [NDLR : type enregistré à la maison].
Pour la petite histoire, le matériel spécifique avec lequel ils enregistrèrent est aujourd’hui exposé dans le fameux musée Les Paul.
Outre les enregistrements d’artistes jamaïcains tels que Sugar Minott & Wayne Jarret, Lloyd Barnes produit de nombreux artistes new-yorkais et créa le Bullwackies All Stars, un groupe de musiciens éminents avec, entre autres, Clive Hunt, producteur, arrangeur & multi-instrumentiste qui collabora avec les plus grands, de Byron Lee & The Dragonaires à Max Romeo et Peter Tosh.
La plupart, sinon toutes les productions originales de Wackie’s sont épuisées et recherchées par les collectionneurs de reggae.
Pour terminer ce petit laïus, deux Allemands, Moritz von Oswald et Mark Ernestus, passionnés par le son du label, et également connus (& adulés) pour leurs projets Rhythm & Sound et Maurizio, ont initié une importante campagne de réédition toujours en cours, produite par leur label Basic Channel.

Pour revenir à nos moutons, je vous propose ici deux morceaux tirés de l’album d’Horace Andy « Dance Hall Style » paru en 1983 sur Wackie’s. Les deux morceaux sont des « hits » de l’ami Horace, avec son falsetto reconnaissable entre mille, en version discomixes, à savoir la version originale enchaînée avec la version dub.  Vous trouverez les crédits en bas de post !

Le premier morceau est « Spying Glass » , popularisé par Massive Attack sur Protection en 1994. Hormi les paroles, la version, ici emmenée par l’énorme basse du studio Wackie’s, n’a plus grand chose à voir.

Le second morceau est « Money Money », un classique de la discographie d’Horace Andy. Il utilisa également le gimmick sur le « Five Man Down » du Blue Lines des Massive (entre autres gimmick).

 

Quand je vous parlais de l’influence « massive » du reggae sur les musiques actuelles !

Jah Babylone !

Spying Glass :

Pour se rafraîchir la mémoire, la version de Massive Attack est ici, et le remix de Mad Professor (issu du « No Protection« ) est !

Money, Money
:


Crédits :

Producer : Bullwackie

Engineer : Bullwackie & Douglas Levy & Junior Delahaye

Vocals : Horace Andy
Drums : Henry Snowhite Seth & Junior Delahaye & Fabian Cooke
Bass : Jah T & Horace Andy & Myrie Dread
Rhythm Guitar : Horace AndyJah T
Lead Guitar : Horace Andy & Jah T
Piano : Myrie Dread & Owen ‘Fox’ Stewart
Organ : Myrie Dread & Owen ‘Fox’ Stewart
Percussions : Ras Menilik Dacosta

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.