C’était bon… J’étais fonfon ! #3 : Why … But WHY?

Il est 02h00 du matin et jean claude m’apparaît, comme à chaque fois que j’ai abusé sur le menthol. Qui est jean claude ? c’est très simple : jean Claude est un lémurien très sympa qui, outre le fait qu’il m’apparaît quand mon cerveau est aux abonnés absents, se rapprocherait presque d’un genre de Gemini Cricket dont on aurait pas envie d’écraser la gueule à coup de talon… rarissime !

Le susdit JC donc m’interpelle alors que je me dirige courageusement vers le frigo, décidément bien trop loin du canapé. Voici en substance un bref résumé de l’échange verbal qui en suivit (je préfère prévenir les âmes sensibles, certains passages pourraient faire bruler les yeux des plus chastes d’entre vous !) … bref :

JC- « bon… bah me voilà !

Moi- ah bah il était temps…

JC- oh ça va hein … j’fais ce que je peux ! de toutes façons, pour ce que ça sert que je sois là !

Moi- C’est pas faux !

JC- ah … sympa ! vraiment bien fait d’être là … »

Il est vrai que j’ai pour habitude d’être bien plus joyeux quand il me rend visite mais là, le simple visionnage d’une vidéo de scratch m’avait rendu aussi sympathique qu’un adhérent UMP à la fête de l’Huma…

Moi- « non mais j’m’excuse … c’est juste ce mec là… Kurteek… je supporte plus !

JC- ah là c’est sur que d’un point de vue maitrise, il a atteint des sommets… c’est limite inhumain ! on est dans les hautes sphères : l’oxygène raréfié…

Moi- oui bah ça va … putain… quand je pense que ça fait 10 ans que je m’escrime à apprendre ce putain de langage… »

Oui, je fais une pause ici pour bien expliquer que le scratch est un langage. J’en veux pour preuve le fait que des mecs (surtout Q-bert en l’occurrence !) se sont fait chier à regrouper toutes les phases de scratchs connues pour faire le scratchlopedia Breaktannica… bien démoralisant déjà ! Mais là, avec le susnommé Kurteek, on est sur une autre planète située dans un nouvel univers… et cette planète est située à des années lumières de là où je me trouve… c’est-à-dire, sur mon vieux canapé, à boire un coup avec un lémurien imaginaire qui me vanne. C’est moche !!!

Mais telle est la loi du Kung Fu Scratch … parce qu’il ne faut pas se leurrer mes petits amis : le dj n’est rien d’autre que l’équivalent du guitariste de plage à ses débuts. De là, JC me propose une réflexion sur les motivations qui poussent un clampin moyen à devenir pousse disque… comme pour le guitariste de plage, le DJ est un être persuadé qu’il aura une vie sexuelle exceptionnelle s’il arrive à péter 2 scratchs un peu sympa. Hey les collègues… ça n’impressionne pas les meufs … Au mieux, c’est un bipède de type mâle et bourré à l’éthylène qui se présente devant toi pour te demander … « tu connais Dj shadow ? »

Comme dirait Georges Abitbol dans un dernier soupir … « monde de merde ! »…

Laisser un commentaire