La Boucle @ théâtre Populair’

La Boucle est un « seule en scène ». Pas du stand up, pas du one woman show.
Du théâtre, simplement. Du drame. De la comédie.

Une performance d’une heure à travers laquelle nous explorons la folie.
Nous n’avons pas voulu nous censurer, nous mentir.

Progressivement, La Boucle a eu des airs d’exutoire.
Certains sortent abasourdis, choqués, émus, bouleversés, emballés.
Nous sommes en permanence sur une corde raide, trimballés entre le rire et la gêne :
La folie appartient à tout le monde et tout le monde le sait bien.

C’est qui ?

Le trop plein de névroses donne parfois lieu à la naissance d’une belle psychose.
Belle parce qu’honnête et introspective.

De là est née Sophie, l’extrapolation de nos non-dits et la face cachée de nos vices.
Les nôtres, les vôtres, les leurs.
Elle grandit avec nous d’années en années, trois ans de travail.
Elle commence tout juste à vivre libre dans une prison un peu moins étriquée.

A-t-on vraiment besoin de connaître son histoire ?
Sa vérité est absolue car elle lui appartient.
Cette histoire, chacun peut la charger de ses propres envies.
C’est un scénario que l’on peut faire sien.

Elle parle cru, à ciel ouvert, revit des fantasmes, des réalités, mélange, secoue et recommence. Perpétuellement.
C’est comme ça qu’elle se raconte.

Elle attend. De partir. Qu’on l’aime. Qu’on lui explique les béances, les manques.
Mais personne n’est vraiment en mesure de lui répondre.
C’est cette lucidité qui l’enrage, qui l’amuse.
Et qui nous perd.

C’est comment ?

Liberté, spontanéité, instinct.

Même si le délire peut parfois paraître incohérent d’un point de vue sociétal,
Il a pourtant SA cohérence.
Si elle peut paraître errante, chaque avancée est pourtant motivée et répond à une logique différente, celle de la folie.
Chaque partie de texte est introduite par un élément matériel, cadrant le public dans une réalité
Qui ne se perd jamais tout à fait.
Ces éléments sont détournés de leur usage formel mais leur fonction première est conservée,
La démence imite mais a cette capacité de perception différente,
Et de réappropriation du monde concret.

La ritournelle psychotique, la boucle délirante, a sa musique interne, son rythme, ses angoisses, sa douceur et c’est pourquoi elle joue un rôle à part entière.

La Boucle

Au théâtre Populair’ du Reinitas jusqu’au mercredi 29 juin 2011.

LES MERCREDIS A 21h30.

36, rue Henri Chevreau. 75020 PARIS. M° Ménilmontant (l2)

Résa: Billetréduc ou au 01.46.36.74.15

Avec Clara Gasnot. Mise en scène Emmanuelle Laurent

ChromaKey

Baby I'm the boss

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Partage
Hide Buttons