Interview : C2C

Alors que leur très attendu premier EP “Down The Road” sera disponible dès demain (lundi 23 Janvier), rencontre avec les membres du plus célèbre quartet turntablist de l’hexagone : C2C.

Trend Hustler : Comment se sent-on à la veille de la sortie d’un EP très attendu ? D’ailleurs pourquoi un maxi et non déjà l’album ?

 

 

20Syl : C’est vrai que ce n’est pas l’album mais le EP qui compte cinq titres qui nous appartiennent vraiment, plus un remix. L’album est prévu pour fin Mai. Ici, c’est un petit avant goût … Et on se sent plutôt bien ! Ce qui nous stresse peut-être plus c’est le live car c’est un gros challenge. Nous sommes fiers de cette création et il faut maintenant être à la hauteur mardi, à Paris, devant le public.

 

 

TH : Puisque tu parles de l’album, est-il prévu de le voir décliner en maxis d’ici le mois de Mai ou n’y aura-t-il que ces six titres pour patienter d’ici là ?

 

 

Atom : C’est plutôt prévu comme ça en effet. Peut-être lâchera-t-on un ou deux titres en écoute ou en téléchargement d’ici le mois de Mai mais pour l’instant la grosse actualité c’est le EP puis ce sera l’album. Entre les deux rien n’est prévu.

TH : Et coté live : peut-on entendre des inédits qui ne paraîtront pas sur le EP ?

Atom : Oui, il y a quelques inédits qui ne sont pas sur le EP mais que l’on joue en live.

 

 

TH : Pour une grande partie du public, C2C c’est avant tout vos sets des championnats DMC qui tournent encore abondamment sur la toile via les réseaux sociaux. Dans ces prestations on entend un Hip Hop aux influences Jazz, Soul, Blues voire musiques latines … Musicalement, à quoi doit-on s’attendre dans ce maxi ?

20Syl : Avec ce EP l’idée était de prolonger ce qu’on avait fait dans les DMC mais avec toute l’expérience qu’on a accumulé grâce aux formations Hocus Pocus ou Beat Torrent. C’était l’occasion d’affirmer notre identité musicale sur un format beaucoup plus long que ce qu’on pouvait faire en championnat. Un seul morceaux ici fait trois, quatre ou cinq minutes alors que lors des DMC on tournait sur des morceaux d’une minute ou une minute trente. C’est l’occasion de développer le propos sur la longueur et de montrer un peu plus notre grain de son. Même si on retrouve la particularité de C2C qui est de mélanger beaucoup de choses, on a essayé d’affirmer un son qui est vraiment personnel.

 

 

TH : Comment se répartissent les influences au sein du groupe ? Certains amènent-ils la dimension Soul, d’autres les sonorités Jazz etc. ou êtes-vous tous assez proches dans vos influences musicales ?

Atom : Non, c’est quand même assez partagé. On vient tous de la même base qu’est le Hip Hop, on a démarré le scratch et le deejaying dans ce cadre là. Après on a tous des goûts qui vont plus ou moins dévier et c’est vrai que dans C2C on essaye de réunir tout ça. Dans Beat Torrent on trouve plus le versant électronique ou le coté énervé du Rock, dans Hocus Pocus ce sera plus le versant Jazz et Soul mais on essaye toujours de mélanger tout ça, ce n’est jamais aussi clairement réparti.

 

 

TH : Avec ce maxi vous proposez enfin des morceaux, presque 14 ans après la création du collectif (en 1998), qu’est-ce qui explique cette attente : vos seuls emplois du temps relatifs aux formations Beat Torrent (DJ Pfel et DJ Atom) et Hocus Pocus (DJ Greem et 20Syl) ou une digestion nécessaire après l’euphorie et le succès qu’ont pu amener les compétitions DMC ?

20Syl : Je pense que les deux s’expliquent. Hocus Pocus a rencontré une belle réussite à coté de laquelle on ne pouvait pas passer puis Beat Torrent se développant a aussi connu un super succès. A coté de ça C2C n’était pas un projet qu’on avait envie de bosser entre deux concerts d’Hocus ou de Beat Torrent donc forcément il fallait qu’on fasse une grosse pause et qu’on puisse prendre le temps de le développer comme on l’avait en tête. Je mettrais donc plutôt ça sur le compte du planning.

TH : Il y a une phrase qui revient souvent dans la communication autour de la sortie du EP, c’est l’idée de boucler la boucle. Qu’est-ce que l’on doit y voir : un retour aux sources du projet C2C ou la fin d’un cycle et d’un projet qui représente dix ans d’une vie ?

Greem : Non, certainement pas ! Quand on parle de boucler la boucle c’est dans l’idée d’aller au bout de notre kif en faisant de vrais morceaux, en construisant un album. On était tous restés un peu sur notre faim après les championnats tous ensemble parce qu’on avait du reprendre les groupes qui étaient en activité et bien s’en occuper. Je pense qu’on voit ça dans le sens faire enfin cet album dont on a envie depuis quatre ou cinq ans, peut-être même plus … c’est comme ça qu’il faut l’interpréter.

TH : Sur le maxi il y a juste un remix mais sur l’album allez-vous travailler en featuring ? Y a-t-il des envies de faire venir des MC’s par exemple ou souhaitez vous garder cet esprit 100% scratch dans des compositions exclusivement à quatre ?

 

 

Atom : On a quelques morceaux avec des invités même si c’est vrai que sur le EP on ne trouve que des compositions à nous quatre. On a des collaborations avec des chanteurs, chanteuses ou MC’s mais on essaye toujours d’amener ces invités dans notre univers malgré le fait qu’on entende un chanteur et que le format soit peut-être un peu plus chanson parfois. On veut toujours amener une originalité et imprimer la marque du groupe sur ces morceaux, à travers le scratch notamment.

20Syl : Il y a toujours cette étape de réinterprétation de ce que le guest a pu nous offrir. Si un rappeur vient faire un couplet sur un morceau à nous, on va toujours re-scratcher ses voix ou faire quelque chose pour s’approprier ce contenu. Dans l’optique du live il faut aussi qu’on puisse l’interpréter sur scène et aux platines seulement.

Greem : Mais tu parlais du remix aussi. On a d’autres artistes qui ont bossé sur des remixes et on aimerait bien mettre à disposition des pistes pour que n’importe quel artiste puisse proposer des remixes. On trouverait ça intéressant d’offrir sur internet les pistes séparées de certains morceaux comme des MC’s peuvent lâcher un a cappella et voir ensuite ce que ça donne.

TH : C’est une idée qui pourrait voir le jour sous peu ou n’est-ce encore qu’un projet ?

Atom : Non, c’est juste une idée qu’on a. Comme nous tu as du voir ça sur internet. J’ai beaucoup vu ça, souvent sur Soundcloud, des artistes qui lâchent des pistes séparées, on pourrait aussi proposer ça, pour que si des gens ont envie de remixer nos morceaux, qu’ils puissent le faire …

TH : Petite parenthèse strictement compétition : c’est quelque chose que vous suivez toujours ? Les championnats DMC par exemple … ?

Greem : Oui plus ou moins. On regarde ça depuis le studio (rires) !

Atom : On est régulièrement sollicités pour juger. Dernièrement on a jugé les championnats en ligne (2011 DMC Online Championship -ndlr) et forcément on suit toujours un peu le truc même si on est peut-être moins à fond dedans qu’à une époque.

Greem : Par exemple, on n’a pas forcément regardé les shows de Kireek (duo japonais cinq fois champion du monde DMC en équipe de 2007 à 2011 -ndlr). On a regardé DJ Vajra parce qu’on le connaît et qu’on aime beaucoup ce qu’il fait, on était donc curieux de voir ce qu’il avait pondu pour son six minutes et on était vraiment content de sa victoire. Mais on ne baigne plus autant dans la compétition qu’au début des années 2000.

TH : Puisque tu évoques Kireek justement, ils viennent de vous voler la couronne : vos quatre titres DMC en équipe d’affilée était le record à battre, c’est fait avec leur cinquième victoire en cinq ans. Est-ce que ça ne vous titille pas quelque part ? Un peu comme une provocation ?

 

 

Atom : Noooon ! Pas du tout (rires) ! Bien sûr, il y a un petit truc, une espèce de petite fierté comme ça … mais honnêtement ce n’est vraiment pas important et tant mieux pour eux, on les a rencontré plusieurs fois et ce sont de super types. On n’en est plus à compter le nombre de fois où on a gagné le titre mondial dans le sens où on s’intéresse plus à faire notre album, monter un live …

 

 

Pfel : Et puis les records sont faits pour être battus (rires) !

TH : Reconnaissez tout de même qu’elle vous colle à la peau cette image de DJ’s de compétitions turntablist, depuis 2006 et votre dernière victoire on ne vous voit presque qu’à travers les captures vidéo de vos prestations aux DMC. Est-ce une étiquette qui vous pèse un peu ? Vous avez envie de changer d’air par rapport à ça ?

Greem : On considère ça encore comme une carte de visite et c’est ce qui nous a fait connaître. Maintenant il faut passer à l’étape où on va commencer à faire parler pour notre travail sur l’album et ça va être un tout autre boulot. Je crois qu’on a fait nos preuves avec les championnats, il faut laisser aux gens le temps de découvrir autre chose de C2C.

TH : Je profite que vous soyez tous là pour prendre des nouvelles de vos travaux séparément : Hocus Pocus, Beat Torrent, un breakbeat de DJ Greem, qu’en est-il de l’actualité de chacun indépendamment de C2C ?

Atom : C’est un peu au ralenti depuis quelques mois et puis ça va durer encore un peu. Pour parler de Beat Torrent, on a quelques remixes réalisés dans les derniers mois qui ne sont pas encore sortis et apparaîtront doucement dans les prochaines semaines. Après on pense à un album de Beat Torrent mais on ne s’y mettra pas j’imagine avant une bonne année … Là, pour l’instant, c’est C2C.

Pfel : A noter un remix de Toxic Avenger par Beat Torrent qui va sortir prochainement (au mois de Février -ndlr), un pour Gush, un pour Nasser et un pour Mani, un remix de son titre Bang Bang.

TH : Et du coté de Hocus Pocus ?

20Syl : Pour l’instant chaque membre du groupe construit un peu son histoire personnelle. David, le guitariste, tourne pas mal et commence à enregistrer des morceaux pour son album. Différents musiciens ont rejoint d’autres formations notamment Hervé, le bassiste, qui joue avec une chanteuse nantaise qui s’appelle Élodie Rama. Moi j’ai lancé un projet de remix, sans ambition particulière, juste pour le plaisir de composer des productions que je mets gratuitement en écoute sur Soundcloud.

 

 

Greem : On peut aussi retrouver les musiciens d’Hocus Pocus avec Gwen Delabar qui va tourner avec son nouvel album. De mon coté, j’aimerais bien sortir un nouveau breakbeat, je comptais produire une trilogie mais j’ai pris un peu de retard pour le deuxième. Enfin, avec Atom on pensait aussi à bosser sur un projet un peu plus dans notre délire Hip Hop 90′s, inviter des MC’s et bien sûr y incorporer pas mal de scratchs. Mais pour ça on va prendre notre temps, on a juste commencé à travailler dessus.

TH : Quelque chose à ajouter ?

20Syl : Oui, j’aimerais faire une petite dédicace à quelqu’un qui a travaillé dur pour le live et dont on va sans doute entendre moins parler que nous qui sommes sur scène : Rémi Paoli. C’est lui qui a conçu tous les graphismes que l’on scratch en live, un aspect visuel qui constitue la grosse surprise du live. Il fait vraiment partie du groupe pour les concerts puisque c’est à lui que l’on doit toutes les images que l’on scratch en vidéo. J’encourage tout le monde à aller visiter son site : http://cargocollective.com/remipaoli.

Le EP “Down The Road” sera disponible à partir du 23 Janvier 2011.

Entretien enregistré samedi 21 Janvier 2011.

Merci enfin à C2C de nous avoir offert de leur temps entre deux répétitions …


C2C – F·U·Y·A ( by @C2Cdjs ) par C2Cofficial