Le top 10 du San Miguel Primavera Sound

Cette année l’immense festival barcelonais a tenu toutes ces promesses, avec plus de 200 groupes programmés en 4 jours, il nous a bien fallu faire un choix.

Notre top 10 :

10. The Cure

Infatigable.

36 c’est le nombre de morceaux que les vieux briscards ont joué en live sur la scène San Miguel pendant près de 3h. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Robert Smith et ses potes marathoniens n’étaient pas à cheval sur l’horaire.

9. Neon Indian

Synthés Games.

Alan Palomo a su diffuser avec doigté ses balades chill-waves dégoulinantes de synthés interlopes. Armé d’un Juno 6 et autres attirail de geek, le chevelu a livré une prestation hors-norme en nous envoyant directement dans un monde peuplé de champignons phosphorescents et autres tortues volantes bicéphales…

8. Franz Ferdinand

The come back.

Tête d’affiche du festival, Franz Ferdinand rompt avec trois années de silence depuis leur dernière tournée en 2009. Au total, quatre nouvelles chansons, en particulier « Brief Encounters », construite autour d’un riff impeccable. Si bon, que l’on en oublie rapidement « The Dark Of The Matinee »…

7. John Talabot

Carton plein.

Le natif catalan n’a pas déçu pour sa grande première devant des milliers de fans extatiques acquis à sa cause. Plus coutumier des dancefloors que des scènes démesurées, le test est passé haut la main.

6. Mazzy star

Slowcore.

La voix accueillante de Hope Sandoval et le son éthéré de David Roback ont investies l’espace comme une mise en bouche. Leurs hymnes dédiés aux somnambules et aux cowboys sentimentaux sont un régale pour nos tympans. A consommer sans modération.

5. The Drums

Let’s Go Surfing.

On les attendait au tournant et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous en avons pris pour notre grade. L’énergie déployée et parfaitement maîtrisée par ces petits gars impressionne, à l’image de leur dernier album « Portamento ». Des pop songs minimalistes, efficaces et déroutantes !

4. Beach House

Caliente.

Ils ont débarqué de Baltimore pour nous balancer leur pop rêveuse et infiniment chaude. Un voyage émotionnel et solaire…

3. Matias Aguayo & Rebolledo

Boucles et sang chaud.

Quand les deux latinos s’emparent des platines à quatre heures du mat, la soirée bat son plein et les mojitos se descendent à une vitesse folle jusqu’au levé du soleil sur le Parc del Forum…

2. Black Lips

Retour aux sources.

Pour clôturer le festival en beauté, les descendants direct des Kinks nous ont offert un concert survolté à l’Apollo, théâtre d’une soirée mouvementée nous rappelant les plus grandes heures du garage. Surchauffé le public subi les déferlantes de son sans broncher et s’adonne avec joie au plaisir du slam. L’esprit y est, si bien que le guitariste du groupe prend part à une baston savamment orchestrée par la sécurité locale. Mémorable !

1. Death in Vegas

Au sommet de la montagne du kiffe…

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.