REPORT LIVE Primavera Sound 2012 : Jour 1

© Dani Canto

1er jour:

La sieste sur la plage au soleil nous a fait perdre la notion du temps et c’est donc 3h à la bourre que nous arrivons au festival. Il est 21h30, le soleil est toujours là, reflété par les lunettes noires encore postées sur le nez de milliers de filles et garçons qui vont et viennent, clope aux lèvres, bière à la main.

© Dani Canto

Sur la grande scène centrale, Mazzy Star nous ballade vers la nuit de sa voix hantée alors que nous descendons nos premiers verres de whisky. Un premier joint nous plonge profondément dans l’ambiance sombre et envoutante de ce premier concert. Je me demande si la chanteuse est aussi jolie que sa voix le laisse supposer… mais impossible d’y voir quelque chose derrière ses cheveux. J’ai regardé après sur google et elle est pas mal en fait.

© Dani Canto

Nous flottons alors jusqu’au concert de Kindness, sur l’une des petites scènes du festival. Reprise sexy de « Swingin’ Party », lignes de basse funky, jeunes choristes en fleur, coquinettes qui se trémoussent, c’est bon c’est la teuf. Mais j’y perds mon acolyte: Jean-Doug a t’il déjà choppé? En même pas deux heures…

© Eric Pamies

Ah non, je le retrouve en chemin pour the XX, prévoyant, quatre verres à la main. le concert donne l’impression d’une messe de minuit géante: tout le monde reprend les cantiques du groupe : VCR, Crystallized, Basic Space… comme en adoration devant les trois prophètes du Dieu Mélancolie. Halleluia.

© Dani Canto

Une demi bouteille de whisky dans le sang, nous voilà au poil pour le concert de Franz Ferdinand, qui n’a rien sorti de nouveau depuis trois ans. Mais c’est pas grave du tout, leurs tubes continuent de tout défoncer et nous avec.  Dans l’euphorie générale, je prends une veste par une maman espagnole qui me montre la photo de son mari et de son bébé sur son portable alors que Jean-Doug roule sa première pelle du séjour à une polly-pocket turque.

© Eric Pamies

3h du mat, nous croisons Marie Danielle, une jeune pharmacienne délurée. Elle nous accompagne pour le live de John Talabot, un ptit mec du coin dont la house hypnotique nous pousse à grimper les flancs de la montagne du kiffe. En chemin, nous tombons sur Erol Alkan, dj sherpa, qui nous guide vers le sommet et nous achève avec son edit de The Bay de Metronomy. Il est temps de poser la tente.

Voir l’article : REPORT LIVE Primavera Sound 2012 : Jour 2


Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. 27 juin 2012

    […] l’article : REPORT LIVE Primavera Sound 2012 : Jour 1 Partager l'article […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.