« Key To The Kuffs » & « Son Of Yvonne » : du Doom comme s’il en pleuvait …

Mon colocataire il y a deux jours : « T’as entendu le dernier MF Doom ? Il paraît qu’il déchire. »

Pardonnez-moi un élan soudain de vulgarité mais qu’est-ce que c’est que cet à priori à la con ? Voilà 15 ans que Daniel Dumile alias MF Doom nous balade d’un univers à l’autre sans compromis ni sommation, passant parfois du coq à l’âne au sein d’un même album. Le mec est totalement insaisissable et ses projets ne se ressemblent jamais alors les qu’en dira-t-on des comptoirs branchés tu penses si je m’en tartine le pourtour !!

Moi : « Ah ? Bon. Cool j’irai écouter ça » (voyez au passage comme j’ai le courage de mes opinions au réveil).

Quelques heures et dix-sept cafés plus tard, je tombe sur un lien vers le streaming promo de l’album et me remémore notre argumentaire passionné du petit déjeuner. J’erre dans la musique des 60’s depuis des semaines, un peu de fraicheur contemporaine ne me ferait pas de mal. Va donc pour le nouveau bébé du MC masqué.

 

« Key To The Kuffs ». C’est son nom est sorti le 21 Août et est signé du pseudonyme … JJ Doom ? Bon, ça y est je n’y comprends déjà plus rien. C’est qui « JJ » !? Google m’apprend qu’il s’agit de Jneiro Jarel, producteur de Hip Hop du genre inclassable, à la liste d’alias longue comme le bras et ayant collaboré avec Radiohead, Jay-Z ou Damon Albarn (Gorillaz). J’y connais vraiment rien en branchitude … d’un autre coté je ne suis pas plus avancé.

A ce stade, je dois vous avouer que je suis quand même un vieux fan de Doom, son « Madvillainy » (avec Madlib) entre autres, est une claque à laquelle je m’expose toujours avec le même plaisir. Jécoute donc. Et ma première réaction tient du WTF !? C’est bordélique et bruyant. C’est immédiatement brillant aussi. J’adhère carrément. Le flow chirurgical et déshumanisé colle (au sens littéral) à des instrumentaux poisseux qui louchent sur des influences métal et electro cheap baignées de bruit blanc et de parasites. C’est bancal mais parfaitement maîtrisé, déstabilisant mais entraînant, indiscutablement Hip Hop bien qu’évoluant une galaxie plus loin. Les équilibres instables du Metal Fingerz upgradés 2012 par un Ipod adolescent bourré de mp3 de qualité dégueulasse. La théorie du chaos sur disque compact.

C’est déroutant. Bien sûr. Et ça fait un bien fou. N’oublions pas que la carrière de Doom se construit comme un majeur dressé à la face des majors et leur industrie suite au licenciement de KMD, du crépuscule de Daniel Dumile à l’avènement de MF Doom. Cette nouvelle pièce est remarquable. Oui, bon, pour l’accompagnement de vos cocktails mondains il vous faudra certes trouver autre chose, mais ça n’est pas mon problème, ce « Key To The Tuffs » étant l’occasion de rappeler que de Jeremiah Jae à Tyler The Creator, la nouvelle génération a encore quelques leçons à recevoir avant d’être au niveau.

Enfin si MF Doom est un nom nouveau pour vos neurones mais que la curiosité vous pousse à vous affranchir de votre esclavage FM, peut-être est-il judicieux de penser à une initiation moins traumatique et ça tombe bien : toujours au rayon actualités, le MC anglais a aussi pensé à vous. En Juillet sortait l’album « Son Of Yvonne » signé MA Doom, soit la collaboration de MF Doom et du légendaire Masta Ace, une autre galette de qualité à vous glisser entre les feuilles en cette toute fin d’été.

Faut qu’je pense à remercier mon coloc’ …

 

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.