Expo : THE ART OF FRANKY @ Point FMR

Franky expose, Frank est exposé, qui est Franky ? Dans The Art of Franky, l’alternative entre deux expériences curatoriales maintient savamment l’ambigüité. Dans la première, vous assistez à une rétrospective, celle d’un plasticien rodé à l’exercice du marché de l’art, usant de l’humour potache et scabreux pour transgresser les codes de la bienséance ou critiquer les dérives du consumérisme. Dans la seconde, l’exposition relève d’une ironie profonde, Franky n’y est qu’un concept, un être imaginaire qui met en défaut l’illusion du système institutionnel, rongé par le capitalisme et la bureaucratisation. Mais créateur réel ou simple image de l’artiste, cela fait-il une vraie différence ? La question est posée.

Comme tout plasticien, Franky relève des deux à la fois, c’est un personnage conceptuel avec un nom mis en lumière, un style transgressif, un univers de référence – Fluxus, Dada, la culture pop et popu dont il reprend les codes – et une histoire personnelle. Il est PDG d’une maison d’édition, Les Requins Marteaux, spécialisée dans l’art graphique (bande dessinée, catalogue d’affiches, dessin d’animation), en proie à des difficultés financières qu’il tente (maladroitement) de résoudre. Il n’a a priori rien d’un artiste, mais présente ses micro-événements comme autant d’œuvres plastiques ou de performances : vente aux enchères, conférence, exposition au sein du Musée Ferraille ou de son supermarché. Comme tous ses pairs jouant le jeu de la publicité mondaine, il n’est parfois plus qu’un nom, celui qui reste quand l’œuvre s’efface, ou tout juste un canular, lorsqu’elle n’est que prétexte.

Pour son exposition à Point Éphémère, il met en scène les bribes de vie et les idées d’un artiste peu scrupuleux, en quête de bling-bling et de notoriété, qui pense avoir trouvé dans le milieu de l’art la promesse d’une manne financière, capable de sauver sa maison d’édition. L’intention parodique ne doit toutefois pas nous faire manquer l’essentiel d’une critique à peine déguisée. Sous le portrait acerbe du type caricatural d’un artiste-entrepreneur, se cache l’engagement d’un homme en faveur de la valorisation de formes d’art et d’édition indépendantes. Entre motivations sérieuses et expression frivole, dans la supercherie du réel et la véracité de la fiction, l’éditeur de BD, loin de buller, cherche avant tout, et par tous les moyens, à déborder du cadre. […]

 

Florian Gaité via Le Point FMR

 

Deux concerts auront lieu dans le cadre du vernissage le jeudi 18 octobre à partir de 18h30:

Suce pas ton pouce j’ai mieux…

Free Noise

 » Frénétiquement  sonore, électriquement explosif, il semblerait qu’il y ait dans leur musique des sons, des décibels proches de l’escadron de B5N2 et autres AICHI qui s’est abattu sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941… J’en rêve encore… Rythmiquement excessif et débordant, harmoniquement débridé, il y a du Captain Beefheart dans leur son. A croire que leurs mères écoutaient Alchemysts & Simeon, This Heat, Silver Apple quand ils suçaient encore leur pouce…  Ils ont trouvé mieux depuis, et on les remercie…  »
myspace.com/sucepastonpouce

 

Gendarmery

Duo de musique préventive – Création originale de la cie matière première

« De plus en plus de jeunes mettent leurs vies en danger lors de soirées où lesoccasions de franchir les limites ne manquent pas.Dominique et Christophe, pour remédier à cela, ont décidé de leur propre initiativeet sur leur temps libre d’inverser la tendance.Par des interventions dans les soirées les plus risquées, ils adressent aux jeunes(et moins jeunes) un message préventif et accessible, tel un chant d’espoir. Pourcela, ils ont choisi de se former à ce qui touche au mieux leur public : la musique etla danse.Un boys band de gendarmes? Bien plus que ça! »
myspace.com/gendarmery

Infos pratiques :

Point Ephemère

Vernissage le jeudi 18 octobre à partir de 18h30

Exposition du 18 octobre au 18 novembre, tous les jours de 14h à 19h
Entrée libre – Event Facebook

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.