Neu!2 #3: Swans, Flying Lotus, The Tallest Man on Earth

C’est la fin de l’année, il n’y a pas de raison que je m’en prive, voilà ma sélection d’albums millésimés 2012 à avoir écouté au moins une fois dans sa vie. Alors, évidemment qu’une tripotée d’autres albums mériteraient aussi bien d’y être (je pense en particulier au K Dot que j’ai chroniqué il y a un mois), et évidemment que mon choix sera tout autre d’ici deux-trois jours, mais il en est ainsi. L’apocalypse selon Maya l’abeille, du post-hipsterisme folk (toujours à l’ancienne, toujours en tricot, mais sans la moustache) et un melting pot ultra branché pour la génération Deezer/Spotify, c’était donc 2012 et c’est ci-dessous.

 

SwansThe Seer
The SeerLa fin du monde, c’était bien en 2012, mais ce n’était pas le 21 décembre. Elle nous est arrivée fin août, s’étale sur 2 heures et est gardée par un cerbère à tête de Yorkshire. The Seer puisque c’est de ce disque qu’il s’agit, avec son ambiance fabuleusement chaotique (« Mother of the World » à écouter ci-dessous), vient couronner 30 ans de carrière de Swans, le groupe culte de Michael Gira (également fondateur du label Young God: Devendra Banhart, James Blackshaw, …), qui aura été de toutes les expérimentations sonores des années 80, 90 et 00, de la no wave au drone en passant par la musique industrielle. Il démontre que des instruments acoustiques poussés dans leur retranchement (et il y en a beaucoup: cloches, accordéon, dulcimer, cornemuse, basson…) et en groupe sonneront toujours mieux que n’importe quel synthé ou effet. Et, malgré l’absence de véritables chansons (il s’agit plutôt de plages d’ambiance pouvant culminer à plus de 30 minutes), il vient rappeler que le rock ne s’exprime jamais aussi bien qu’à travers le chaos et la catharsis.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2012/12/Swans-Mother-of-the-World.mp3]

 

Flying LotusUntil the Quiet Comes
Until the Quiet ComesIl paraît que le dernier Flying Lotus est plus accessible que Cosmogramma, et qu’il donnerait enfin les clés pour comprendre sa musique. Les morceaux pourtant n’y sont pas plus structurés qu’avant, s’enchaînent toujours sans véritable ligne de progression, et, dépassant peu les 3 minutes, ils ressemblent toujours plus à des esquisses qu’à des œuvres complètes. C’est que le génie de Steven Ellison (M. Flying Lotus) n’est pas dans son songwriting, mais dans sa capacité à aller chercher ses samples là où personne n’a jamais été, sans jamais renoncer à ses critères de qualité et de raffinement, à fusionner le jazz le plus expérimental, les rythmiques les plus novatrices , les sons électroniques les plus au jour, et les dons des talents les plus pointus (au choix Erykah Badu, Thom Yorke…) en un tout cohérent, un hip hop instrumental aussi urbain qu’extra-terrestre. Tout simplement, il est des années lumière en avance sur n’importe quel autre producteur ou beatmaker existant (et ils sont nombreux ces temps-ci), et c’est suffisant pour le rendre si essentiel.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2012/12/09-See-Thru-To-U-feat.-Erykah-Badu.mp3]

 

The Tallest Man on EarthThere’s No Leaving Now
There's No Leaving NowUne guitare, une voix, la formule est bien connue, surtout lorsque celle-ci est nasillarde et rappelle immanquablement le Dylan des débuts. Et pourtant, depuis 2008, le suédois Kristian Matsson aka The Tallest Man on Earth prouve qu’il est encore possible de surprendre et d’émouvoir ainsi. Après deux albums assez épurés basés sur le sentiment de l’urgence et la nécessité du mouvement, il s’est installé chez lui pour son 3ème album, a pris son temps (5 mois), et a enrichi sa palette sonore de quelques pistes supplémentaires (une 2ème guitare par-ci, quelques percus par là) pour évoquer le besoin de grandir et d’affronter ses faiblesses. Reste que l’essentiel dans sa musique reste avant tout sa dextérité à la guitare et sa capacité à toucher directement par sa voix l’auditeur au coeur, bien aidé en cela par sa production brute et chaleureuse. Atemporel, intense, et avant tout authentique, There’s No Leaving Now est un petit bijou qui s’écoute et se réécoute encore et encore, comme ce petit « Leading Me Now » en écoute ci-dessous.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2012/12/The-Tallest-Man-on-Earth-Leading-Me-Now.mp3]

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.