Neu!2 #8: Bonobo, BRMC, OY

BonoboThe North Borders

Bonobo - North BordersLa marque de fabrique de Bonobo (Simon Green dans le civil), c’est son habilité à apporter une vision de musicien à la musique downtempo, avec des instrumentations organiques et jazzy, posées sur des boucles de batterie au tempo décontracté. En témoignent ses prestations scéniques, avec un groupe d’une dizaine de musiciens autour de lui, sa musique, électronique par nature, se réinvite très bien en live avec un profil plus jazz, brillants solos instrumentaux à la clé. Le succès de Black Sands, sorti il y a déjà 3 ans, (sans doute le plus gros succès de l’écurie Ninja Tune de ces 5 dernières années) lui a permis de devenir la référence en matière d’électronique cool, et, accessoirement, de devenir un poids lourd musical. Désormais libéré du besoin de se prouver, Green a décidé de se faire plaisir, et de tisser des liens vers les jeunes pousses de la communauté électronique actuelle. Conformément à la setlist de son DJ set au Boiler Room, uptempo et dansant, et à la liste d’invités sur son album de remixes, North Borders (au pluriel en effet) s’achemine vers des contrées garage et hip hop, et résolument plus électroniques. Doté d’une qualité de production au top niveau, l’album réserve de jolies surprises.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/03/02-Emkay.mp3]

 

Black Rebel Motorcycle ClubSpecter at the Feast

Black Rebel Motorcycle Club - Specter at the FeastArrivé avec la vague garage du début des années 2000 (The Strokes et consort), le trio san franciscain BRMC a incarné dès le début, et mieux que quiconque, le rock tel qu’on s’en fait l’image au XXIème siècle: le noir, les perfectos, les motos, la nonchalance, les racines blues, la disto crade, les riffs lourds. Specter at the Feast, leur 6ème album, auto-produit comme d’habitude, continue dans la même veine que Beat the Devil’s Tattoo, sorti il y a 3 ans, avec ses riffs blues et psychédéliques, et son atmosphère moite. Cependant, le tempo a été ralenti, et l’album est le plus lumineux que le groupe ait produit ; les ambiances ont été fortement travaillées et les sonorités de guitare dronent à travers l’espace, tirant par moment jusqu’à du Sigur Ros. Sans renier ses origines, le groupe se détache de plus en plus du son garage pour se rapprocher du rock épique de U2 et Soundgarden. Une belle manière de rendre hommage à Michael Been, chanteur du groupe The Call (dont le groupe reprend ici leur tube « Let the Day Begin »), tout autant père du bassiste, qu’ingénieur du son et mentor du groupe, décédé durant la dernière tournée du groupe, et à la mémoire duquel l’album est dédié.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/03/02-Let-the-Day-Begin.mp3]

 

OYKokokyinaka

OY - KokokyinakaBienvenue dans le mode de Oy, soyez à l’aise, elle s’occupe de vous. Vous y trouverez beaucoup de bonheur et de soleil, égrenés par la suisso-ghanéenne OY (aka Joy Frempong) tout au long de son 2ème album. Pour trouver la matière première de Kokokyinaka, elle a parcouru le Mali, le Burkina Faso, le Ghana et l’Afrique du Sud ; le terme désigne d’ailleurs, en langue twi, l’oiseau qui a appris la percussion aux ashantis, un peuple du Ghana. Elle y a dégotée des histoires colorées issues de proverbes et de contes populaires, et une vaste base de samples exotique (le martèlement du foufou pour sa préparation, le boucan de la machine à laver de sa mère – qui vit toujours au Ghana, l’aiguisage de couteaux sur le marché de Ouagadougou, l’ambiance d’un bus bondé, etc.). De retour chez elle à Berlin, elle a expérimenté avec le tout, tenté des collages imprévisibles, chanté en anglais, français et twi, et ajouté les rythmiques de son batteur-producteur Lleluja-Ha. Le résultat est un foisonnant mélange électro-pop indé, multipliant les trouvailles sonores et ludiques, et ouvert à l’Afrique contemporaine, loin des clichés musicaux habituels.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/03/04-Market-Place.mp3]

 

Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. 23 avril 2013

    […] On enchaîne sur le dernier clip de la charmante chanteuse helvetico-ghanéenne OY pour le morceau “Market Place” extrait de son album “Kokokyinaka“. La vidéo a été réalisée par King Luu et a été tournée à Accra au Ghana. Pour en savoir plus sur l’album “Kokokyinaka“, je vous conseille d’aller jeter un oeil ici! […]

  2. 18 septembre 2013

    […] La vidéo a été réalisée par Meika Dresenkamp et l’extrait en question est disponible sur son album “Kokokyinaka”, chroniqué ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Partage
Hide Buttons