Neu!2 #13: Queens of the Stone Age, Mount Kimbie, Thundercat

Queens of the Stone Age… Like Clockwork

Queens of the Stone Age - ... Like ClockworkPour rappel, Queens of the Stone Age (QOTSA), c’est la bête de Josh Homme, le groupe avec lequel il explore depuis 15 ans un rock vénéneux sous influence stoner et hard rock. Grâce au succès du groupe, à l’accession de Kyuss (son ancien groupe) et des Desert Sessions (qu’il organisait) au status de groupe et de projet cultes, ainsi qu’à la formation prestigieuse de Them Crooked Vultures (Josh Homme + Dave Grohl + John Paul Jones) en 2009, le bonhomme est devenu en quelque sorte le grand manitou du rock de la fin des années 00. Mais mis à part en tant que guide des Arctic Monkeys sur les chemins tortueux du rock&roll, on avait un peu perdu sa trace en ce début des années 10. C’est ainsi qu’il nous revient avec un nouvel album des Queens en 2013. Entre temps il failli mourir dans une opération qui s’est compliquée, et a vécu un enregistrement difficile, qui s’est attelé sur toute l’année dernière, et qui a vu Joey Castillo, son batteur depuis 10 ans, claquer la porte.
Le rouge et le noir de la pochette aurait pu faire croire à un retour au son de Songs for the Deaf, mais ce nouvel album est au final certainement le plus pop que le groupe ait sorti, avec quelques ballades sur piano (ni cassé, ni désaccordé, ni saturé, ni stoner) à la clé. Mais il est aussi le plus maîtrisé et le plus accessible, se rapprochant pour le coup du rock alternatif des Foo Fighters de son meilleur pote Dave Grohl (qui a repris sa place aux fûts après le départ de Castillo). Mais que les fans se rassurent, il reste dans l’album les accents de série B, quelques gimmicks typiques du groupe l’émaillent, et les guitares sont dans l’ensemble bien présentes, crades et accordées plusieurs demi-tons en dessous. Au rayon guests, outre Grohl, on retrouve les fidèles Nick Oliveri et Mark Lanegan, la femme de Homme, Brody Dalle, son nouveau pote Alex Turner, Trent Reznor, et petite surprise, Jake Shears des Scissor Sisters et Elton John qui, pour la petite histoire aurait lancé au groupe que les Queens avaient besoin d’une « vraie reine » sur l’album. Du haut niveau en somme, et il faut bien avouer que l’album est à l’hauteur des attentes. De quoi asseoir un peu plus le nom de Homme dans la panthéon du hard rock américain.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/06/01-Keep-Your-Eyes-Peeled.mp3]

 

Mount KimbieCold Spring Fault Less Youth

Mount Kimbie - Cold Spring Fault Less YouthIl y a quelques années, James Blake et Mount Kimbie (Dominic Maker + Kai Campos) jouaient régulièrement ensemble, explorant ensemble les évolutions possibles du dubstep, à partir des pistes ouvertes par Burial. C’était en 2009. Depuis, à la faveur de plusieurs EPs encensés et du succès de leurs premiers albums respecfifs, les trois potes sont devenus des figures de proue de la scène électronique anglaise. Quelques années plus tard, et quelques mois après leur compatriote, c’est désormais au tour de Mount Kimbie de sortir son deuxième album, cette fois chez le prestigieux label Warp. Le duo y conserve son ambiance très cool, élégante et propre, avec les rythmiques wonky et tranquilles, qui lui ont forgé sa réputation. Mais il en profite pour ajouter de nouvelles colorations à sa musique, avec des sonorités live, notamment quelques cuivres et un orgue, et surtout avec des voix, dont celle magnétique de King Krule, qui pour le coup, collerait parfaitement avec le « crook » dans le titre du premier album. Résultat, Mount Kimbie réussit à conserver son charme tout en continuant à développer ses sonorités innovantes.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/06/02-You-Took-Your-Time-Feat.-King-Kr.mp3]

 

ThundercatApocalypse

Queens of the Stone Age - ... Like ClockworkApocalypse est le deuxième album solo du bassiste virtuose Stephen Bruner, aka Thundercat. Né dans une famille de grands batteurs, Burner a joué dans des formations aussi diverses que prestigieuses (Erykah Badu, Suicidal Tendencices, Stanley Clarke, etc.), avant de se lier d’amitié avec Steven Ellison (Flying Lotus) qu’il rencontre lors d’une tournée en 2009. Véritable tournant dans sa carrière, la collaboration entre les deux artistes s’est révélée être pour le moins créative, entre les interventions remarquées de Bruner dans les deux derniers FlyLo, et la production d’Ellison dans le premier Thundercat. Et c’est d’ailleurs Flylo qu’on retrouve, avec Charles Dickerson (aka Mono/Poly), à la production de cet Apocalpyse.
Dans la continuité du premier album, on retrouve le son unique et reconnaissable entre tous que les deux compères ont su créer ensemble: un espèce de jazz urbain au tempo fou, marqué par l’IDM, le glitch hop et les beats wonky, sans oublier le funk et la soul. Les différences d’approche entre les deux artistes se font cependant plus nettes ici: alors que FlyLo se spécialise dans le jonglage et les collages monumentaux de samples, Thundercat conserve la construction chanson, sur lesquelles il concilie parfaitement technique et émotion. La voix de Bruner, omniprésente et en avant dans le mix, est d’ailleurs complètement calibrée sur des mélodies et des structures pop.
Il y exprime tout autant son amour pour le jazz et le bonheur de jouer, que l’angoisse devant la vanité de l’existence (l’album est dédié au pianiste et ami de Thundercat et FlyLo, Austin Peralta, mort l’an dernier à 22 ans seulement), avec une petite dose d’humour et une ambiance légèrement sci-fi loin d’être déplaisante. Bref, une belle curiosité à s’offrir, aussi singulier que cohérent.
[audio:http://www.trendhustler.com/wp-content/uploads/2013/06/07-Oh-Sheit-its-X.mp3]

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. 8 juillet 2013

    […] Il s’agit de l’une des deux collaborations avec  King Krule issues de leur nouvel album “Cold Spring Fault Less Youth” (voir la chronique de l’album : ici). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.