Young Fathers : « Dead »

L’album de Young Fathers est disponible ! Et chez Trendhustler on avait bien envie de l’écouter. Après les Tape 1 & Tape 2 qui nous avaient laissé une bonne impression, on s’est dit que cette sortie chez Big Dada s’annonçait plutôt bien. On passe l’historique et les CV parce que vous êtes bien assez grands pour trouver tout ça sur Wikipédia et on se concentre sur « Dead« . De toutes façons, on a pas besoin de savoir à l’avance d’où ces gars viennent, dès le premier morceau on comprend à qui on a à faire.

« No Way« , premier titre de l’album nous fait vite entre dans le vif du son et annonce la couleur. Des basses prenantes, des influences africaines, un flow hip hop mordant, une ambiance électro qui flotte sur le tout ; ça tabasse bien fort et on est pas déçu.

Tiens toi prêt. Si tu aimes le hip hop, la soul, le trip hop, le dub, la drum n bass, la pop, le rock, l’electro. Tu peux trouver ton bonheur ici. Ca part dans tous les sens, même au milieu des titres. Les styles se mélangent et s’entrecroisent dans un patchwork de sons et de références de tous bords. Le trio d’Édimbourg n’est pas prêt à se laisser enfermer dans des cases. Pas violent mais énervé, pas mielleux mais planant, Young Fathers n’a pas son pareil pour nous emmener et nous perdre dans une transe auditive qui ne laissera personne indifférent.

A l’écoute de « Get Up », un des singles en puissance de l’album, tu sentiras sans doute l’envie de te lever de ton canapé et de danser en rebondissant sur toutes les surfaces possibles qui t’entourent. Libre aux autres de te rejoindre, et ça ne saurait tarder parce que comme ils le disent « You lose, I win« .

Young Fathers va clairement gagner tes oreilles et tu risques de finir en transe en écoutant « Dead ». Ca te rappellera Tricky ( » Mmmh Mmmh »), Kanye West (« War »), les Beatles (« Am I Not Your Boy ») et même d’autres sans doute.

En plus des textes travaillés, profonds et poétiques, les mecs sont là pour t’en mettre plein les oreilles. Précurseurs dans leur style, ce grain et cette modernité qui leur sont si particuliers allient un côté mélodieux à des rythmes tour à tour puissants ou planants. Si le groupe se revendique hip hop, à juste titre, il n’a clairement pas peur de laisser ses multiples influences contaminer chacun des titres de l’album.

On a affaire à des touche-à-tout qui gèrent aussi bien les productions musicales que les vidéos et l’artwork de tout ce qu’ils font et ça donne envie de les voir en vrai. Alors mets tes chaussures, prends ton vélo, ton métro, ton poney, et viens ce samedi 15 février au Point Ephémère pour les voir enfin en live.

VOIR LES PHOTOS DU CONCERT

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.