Sorbonne Live – AfterWork #1

Le 4 novembre a eu lieu, dans un petit bar du 19e arrondissement parisien – Le Zèbre dans le Patio, aussi sympa pour son patio (sans blague) que pour sa pinte à 4euros – la première soirée AfterWork organisée par Sorbonne Live.

Sorbonne Live – anciennement Label Sorbonne -, c’est en fait un projet piloté par le Service culturel de Paris Sorbonne, dont le but est d’organiser des soirées concerts à destination des nombreux étudiants de la capitale. Une fois par mois, un AfterWork aura lieu, et pour conclure la saison, les 16 et 17 avril, Sorbonne Live organisera son festival.
Des soirées ouvertes à tous, dédiées aux musiques actuelles en tous genres, dont le but est de créer une interaction, autour du dénominateur commun qu’est la musique, dans ce milieu étudiant bien trop souvent impersonnel.

Le 4 novembre, c’était donc le premier AfterWork de la saison : une expérience réussie, qui mérite bien un petit récapitulatif.

Ce soir là, deux groupes à l’affiche : Sir et Lemon Groove.

Les sept membres de Lemon groove ouvrent la soirée, nous distillant leur soul funky, menés par la charismatique Camille au chant. Alliage subtil entre blues, rock, funk et soul, le band livre un set efficace, sans fioritures, aux arrangements impeccables. Il faut dire que les Lemon Groove ont déjà bien tourné sur la scène parisienne, alternant salles mythiques comme le Bataclan, et soirées undergrounds dans les catacombes. Un groupe en pleine éclosion, dont vous entendrez – si ce n’est déjà fait – bientôt parler !

C’est au tour du groupe Sir de se produire sur scène : ses quatre membres se lancent dans un set à l’énergie redoutable et à la rythmique fracassante, sur des bases rock teintées de funk. Le temps de quelques morceaux, une section de cuivres vient accompagner la formation : le groove à son apogée, Sir !  Après avoir, eux aussi, bien écumé les bars de la capitale – Chat Noir, Scène Bastille – ils nous reviennent avec leur premier EP : « If you may, Sir ! », concocté durant l’été.

Alors que le set se termine, l’ambiance n’est pas partie pour redescendre. Les musiciens des deux groupes décident alors d’entamer une jam session improvisée, et invitent sur scène tous les musiciens présents dans la salle. Les influences se mélangent, les connections s’établissent, remettant le partage au cœur de l’acte musical, pour le plus grand plaisir de tous.

Crédit photos : Alice Fave