La chronique gastronomique : Earl Sweatshirt, Kendrick Lamar & Action Bronson

Mars 2015, ce printemps du hip-hop. En même temps que s’ouvre la saison des fleurs et des giboulées, un menu rapologique 5 étoiles nous a été servi par trois des meilleurs chefs du moment : Earl Sweatshirt, Kendrick Lamar et Action Bronson.

On a pris le temps de se rassasier de toutes ces saveurs, de vider nos assiettes et d’être sûr de n’y laisser aucun reste, pour enfin vous livrer nos impressions sur cette formule « Entrée + Plat + Dessert » qui – on vous le dit direct – est loin de nous avoir laissé sur notre faim.

 

 
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
ENTREE : I Don’t Like Shit, I Don’t Go OutsideEarl Sweatshirt
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

 
Petite portion (10 titres « seulement ») mais très efficace, l’entrée proposée par Earl nous fait retrouver les saveurs typiques de son crew, Odd Future (notamment sur Mantra et particulièrement sur Faucet) même s’il est vrai que la présence des membres du crew est beaucoup moins présente ici que sur son précédent album, Doris.

Fait maison (l’album est entièrement produit par Earl), brut et authentique, Earl se livre complètement sans oublier de glisser quelques ingrédients dont lui seul à le secret pour nous transporter avec lui.

Le clip de Grief, premier extrait de l’album résume d’ailleurs parfaitement l’ambiance de cet album :
 

 
Une pointe de piquant, une dose de maturité, cet album a du goût et reste cependant fidèle à la recette que Earl nous a préparée depuis ses débuts.

Une entrée sans fioriture, ornements et autres décorations culinaires venues combler d’éventuelles lacunes, ce sera donc un 8/10.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
PLAT : To Pimp A ButterflyKendrick Lamar
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

 
On a tout lu et tout entendu sur cet album désormais incontournable.
To Pimp A Butterlfy c’est ce genre de plat que l’on savoure, qu’on laisse en bouche longtemps pour bien en distinguer toutes les nuances. Fort et pimenté (dans les lyrics) mais doux à la fois (dans les productions), TPAB est un plat que l’on ne reprendra pas forcément tous les jours mais que l’on appréciera avec le temps.

Dense et complexe, cet album porte le poids de multiples influences, du jazz à la soul en passant par le funk, et révèle parfois quelques aspects plus légers (sur i, Institutionalized, Momma).

Le fait d’avoir mélanger tant d’ingrédients différents pour sortir un album d’une extrême cohérence et surtout pour servir un discours aussi brut et fort, révèle (pour ceux à qui cela aurait – encore – échappé) la mesure du talent de Kendrick.
 

 
To Pimp A Butterfly puise dans le passé pour servir le discours du futur (cela se vérifie tout particulièrement sur le dernier titre Mortal Man). Et pour mesurer cette ampleur, il sera nécessaire voir primordial d’y goûter plusieurs fois.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
DESSERT : Mr. WonderfulAction Bronson
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

 
L’album d’Action aurait pu constituer à lui seul un menu entier. Mais quitte à choisir, le dessert sonnait comme une évidence.
Il ne pouvait d’ailleurs pas en être autrement avec l’album de celui que l’on surnomme également Bam Bam Baklava.

Mr. Wonderful c’est ce mélange d’authenticité « Bronsolino Style » (avec des punchlines comme « You ain’t think I was hot then, now you wanna hum on my testicles » le message ne peut être plus clair), d’originalité, de folie et de fantaisie, bref tout ce que l’on attend d’un dessert digne de ce nom.
Ici, la gourmandise reprend ses droits, les titres s’enchaînent parfaitement et se donnent la réplique, un peu comme avec un millefeuille que l’on doit prendre avec toutes ses couches.

Ca fond sur des titres comme Terry ou Actin’ Crazy.
 

 
Ca coule tel un fondant-cœur-coulant-Picard de City Boy Blues à Baby Blue (en feat avec Chance The Rapper), sans oublier la pépite de l’album A Light In The Addict.
Enfin, ça croustille sur The Rising et le génialissime Easy Rider.
 

 
Bref, un dessert qu’on reprendrait bien volontiers tous les jours.

Bilan des courses : on pensait avoir les yeux plus gros que le ventre, finalement on est plus repu que jamais.

Dernier digestif pour la route : Earl et Action qui s’associent en cuisine pour fêter la sortie de leurs albums et nous concoctent Warlord Leather (prod. par The Alchemist) pour notre plus grand plaisir :
 

 
Action Bronson, en tournée mondiale, passera par Paris le 21 septembre prochain au Trianon.