D-MO #3 : Shlohmo, Smokey Joe & The Kid, GodBlessComputers

Pour ce troisième D-MO, on va continuer en mode miss météo. Mais comme le soleil fait la gueule, on va rester bien caler dans le canap’, avec trois albums qui vont faire voyager nos sens.

 

SHLOHMO – DARK RED (3.04.15)

Derrière Shlohmo se cache Henry Laufer, un producteur et beatmaker californien aussi mystérieux que talentueux. Après un EP en collaboration avec Jeremih, il nous revient aujourd’hui avec « Dark Red », sorti le 3 avril dernier. « Dark Red » relate une année difficile pour Laufer, entre visites à l’hôpital et perte d’un proche, on n’en saura pas plus. Tout du moins, on cerne alors bien l’univers de l’album : sombre et envoutant. Une douce violence. Difficilement et inutilement classable, « Dark Red » oscille entre électro, ambient, post-rock et musique plus abstraite. Une véritable fascination sensorielle, mystiquement violente. Avec cet album, Shlohmo arrive à créer un monde où l’on peut se perdre et s’étendre : cathartique.

 

SMOKEY JOE & THE KID – SMOKID INC (18.05.15)

Après un premier album, « Nasty Tricks », sorti en 2013, le gang électro hip-hop de Smokey Joe & The Kid récidive avec l’EP « Smokid Inc », paru le 18 mai dernier sur Banzai Lab.
Pour ce nouveau projet, le duo invite le MC Blake Worrell, échappé de Puppetmastaz, à poser son flow corrosif. Plus hip-hop qu’électro, « Smokid Inc » fait la part belle au groove de mélodies venues d’un autre temps, mixant entre beats hip-hop lourds, samples jazz, cuivre, piano et refrain catchy. Mention spéciale pour le titre « Jailhouse Blues », où Blake nous embarque aux confins de son âme torturée, et raconte les errances d’un homme en quête de sens, à la recherche de lui-même.
A ne pas louper sur les scènes des festivals cet été !

 

GODBLESSCOMPUTERS – PLUSH AND SAFE (12.05.15)

Lorenzo Nada, aka GodBlessComputers, revient avec son deuxième album, « Plush and Safe », paru le 12 mai dernier sur les labels Fresh Yo! et La Tempesta International. Un premier long format pour l’artiste à l’électro feutrée et intimiste, teintée de hip-hop, soul et jazz.  Au long des 12 titres composant le LP, la progression des sonorités nous plonge dans un monde aérien et intuitif. L’italien et ses machines nous guident aux travers d’itinéraires transversaux, composés de réseaux imaginaires faisant planer notre inconscient. Naviguant entre James Blake et Portico, GodBlessComputers fait parti des artistes à suivre. Et en attendant son prochain projet, « Plush and Safe » pourrait bien être la bande son parfaite d’un été rêveur. Déconnexion sensorielle assurée.