Live report – Les Transmusicales 2015 – Jour 2

Suite de notre chronique Rennaise. Après un premier jour en douceur et vocalises, on entre dans le vif de la programmation pour cette deuxième journée, qui va se révéler riche en découvertes.

trans-musicales-rennes-2015

Jour 2, voici ce qu’il ne fallait pas rater!

Vendredi 4 décembre 2015, Rennes.

En cette deuxième journée de marathon musical nous voici replongés au parc des expos de Rennes avec Binkbeats qui nous vient des Pays-Bas. Véritable O.V.N.I, il s’est fait remarquer par des ré-interprétations de la scène électro allant d’Amon Tobin à Aphex Twin. Pas de sortie d’album pour le moment mais nous assistons là à un véritable laboratoire d’expériences sensorielles. Un vaisseau spatial vient d’atterrir sur scène. Trois miroirs de sortie de parking flottent au-dessus du plan de travail du professeur Binkbeats. Longue barbe, lunettes et béret de titi parisien. Une grosse caisse de batterie au centre, un xylophone et un grand nombre de machines entourent notre musicien. Lancement de beats, il sort sa guitare, joue une mélodie qu’il sample, s’ensuit des ajouts de nappes électriques. Les infrabasses traversent tout mon corps, sa voix me fait frissonner. A cela s’ajoute un show lumière, on est dans la quatrième dimension. Vers la fin du concert, les morceaux durent plus longtemps, perdent la notion de début ou de fin, ils deviennent un seul et unique. Le public est réceptif, ovation pour le hollandais originaire d’Utrecht.

BINKBEATS3

On continu avec l’américain Son Little, plus connu sous le nom d’Aaron Livingston et de ses collaborations avec RJD2 et The Roots. Un premier album, Brocken Dreams Boulevard, épuré, une voix Soul et Gospel enveloppée de matières sonores hip-hop. Le public l’attendait de pied ferme. Sur la scène, notre songwriter guitare blues de couleur rouge à la main, pince les graves de ses cordes. Avec sa voix Soul, douce et posée, il nous transporte en toute simplicité dans son univers. Artiste engagé, ses textes parlent des récents évènements qui ont touché la communauté noire Américaine. Petit clin d’œil aux Rolling Stones, il reprend un des morceaux phares du groupe de Rock des 70’s : Play With Fire version Soul. Le concert touche à sa fin, pour le dernier morceau, les quelques notes de Reggae ne laissent pas la salle indifférente, Exodus de Bob Marley. Mais attention, ce n’est pas une reprise, juste un hommage subtil pour révéler son morceau emblématique Cross My Heart.

SON_LITTLE2

La fréquentation du festival change, on est de plus en plus nombreux pour Mawimbi. Je suis littéralement transporté en Afrique, électro coupé-décalé, unique. Au lointain, un écran à l’effigie du masque tribal qu’ils ont distribué au public, dans lequel un VJ projette des images de flamants roses. Toute la fosse est masquée, le public est possédé, je me serai cru dans une scène de maraboutage en plein Cotonou. Les cinq fous férus de musique électronique, exécutent des chorégraphies tout en mixant leur musique décoiffante.

MAWIMBI2

C’est au tour des néerlandais de DeWolff, trois frères aux longs cheveux soyeux à chemise de bucheron. Quatre albums à leur actif, dont un en live, le dernier en date. On peut dire qu’ils ne chôment pas. Des pointures, le trio déverse un rock sudiste américain des 70’s, inspiration The Doors et plus récemment les Black Keys. Chacun excelle à son instrument, les solos du pianiste et du guitariste impressionnent, ils sont maîtres de l’improvisation. Au chant, les frères Van de Poel sont en accord parfait, ils se regardent et s’écoutent, garantie que chaque concert doit être une expérience unique. Voici les dignes représentants du Rock en Europe. Insatiables ils enregistrent leur cinquième album début 2016.

DEWOLFF2

Les trois DJ Yuri Hunter, Robin Veldman et Jasper Lieuwma de Playground Zér0, originaire de La Haye (décidément, on retrouve beaucoup de néerlandais pour cette 37 ème édition des Transmusicales). Groupe post-break beat, le trio parvient à faire lever la foule sur chacun de ses morceaux, les bras sont tendus, on est là pour faire la fête. Leur mascotte, un gros monsieur en kilt tout chauve qui sirote une canette de bière géante, est là pour vous ambiancer. Final en apothéose, l’un des membres saute depuis la scène et se laisse porter par la foule.

PLAYGROUNDZERO2

 

C’est l’aube, je rentre me coucher. On m’avait prévenu, ce deuxième jour des Transmusicales de Rennes s’est révélé éclectique et ce n’est pas fini…

L.ASPES pour Trendhustler.

 

Infos pratiques :

Les 37 èmes rencontres Trans-musicales de Rennes, du 2 au 6 décembre 2015.

Parc Expos, Aire Libre, Les Champs Libres, l’UBU.

>> Consulter l’intégralité de la programmation.