50 Nuances de Cotton Claw

Cotton Claw revient avec Elusive. Un nouvel EP pour un article interdit au moins de 18 ans.

S’il y a bien un truc magique avec les relations, c’est la petite étincelle qu’on peut avoir avec l’une d’entre elle. Un petit je-ne-sais-quoi qui fait que c’est celle-là et pas une autre. C’est hyper romantique à dire et ça semble venir d’une autre dimension quand on voit les gens aller faire leur courses sur Tinder, Adopte Un Mec ou peut-être même sur Badoo. La petite flamme qu’on pouvait avoir est maintenant devenue un feu. Tout le monde cherche tout le monde. Certains n’y vont que pour niquer et d’autre ont encore un peu d’espoir. C’est la merde totale pour pas mal de monde, mais au final, dans cet article, on s’en bat les reins. Parlons d’Amour. Le vrai, avec un A majuscule. Celui qui met plusieurs rendez-vous à venir. Avec Cotton Claw, c’est un peu ça. Au fil du temps et des rendez-vous, on est passé de bail à prétendant et maintenant on s’imagine continuer ensemble.

Il y a quelques années de ça, certains sont tombés sur une vidéo d’un groupe. Un truc à la sauce je-te-fais-rêver-avec-deux-minutes à la limite d’une vidéo de trottoir hollywoodienne. Un clip qui présentait un bout de live d’un groupe mystérieux : Cotton Claw. Un peu comme avec un profil Tinder. On voit des trucs, on apprécie et, surtout, on se demande s’il y aura une suite. La vidéo faisait mal sans en dire trop et poser un j’aime était logique. Quelques temps plus tard, c’est autour des quatre compères de nous sortir un premier EP qui vient transformer l’essai avec un premier : Dusted. De là, on avait compris que ce ne serait pas qu’un profil vide mais un vrai truc à nous faire frémir l’épiderme sur le long terme. On a matché.

Après ce premier rendez-vous, Cotton Claw nous a invité à prendre un verre et un dîner. Un premier rendez-vous galant du nom de Volutes. Un premier album dans lequel le boys band a su se lâcher complètement pour nous rendre complètement gaga. On s’est retrouvé avec eux dans cette atmosphère dont ils ont le secret. Une ambiance musicale posée et construite autour des 40 doigts prêts à nous faire plaisir à chaque instant. Un vrai bonheur entre sensualité et violence que le groupe a partagé avec son public dans des lives aux Eurockéennes, au Solidays ou dans des salles parisiennes plus intimes. Ils sont comme ça, ils n’aiment pas se limiter à une seule personne. On leur pardonne cette infidélité avec ce second rendez-vous qui a confirmé que l’étincelle allait devenir un de ces buissons ardents sur lesquels on veut se jeter. Quatre musiciens rien que pour nous, l’idée de passer à côté en ferait pâlir plus d’un.

Après un tel rendez-vous, il fallait bien continuer et aller de l’avant. Ne pas lâcher l’affaire sans forcément être trop présent. On n’aurait pas pu en rester là. Un trop plein d’idées en tête et une méchante envie de les retrouver une nouvelle fois. C’est là qu’arrive ce nouveau rendez-vous plus galant que jamais : Elusive. Une nouvelle rencontre dans laquelle on veut tout donner sans perdre la fibre. La douceur est au rendez-vous et on ne se jette pas sur notre partenaire sauf pour les plus affamés. On retrouve le boys band du pad avec le plus grand bonheur dans une atmosphère plus douce, mais parfois tranchante.

Cotton Claw

Voilà ce rendez-vous tant attendu enfin arrivé. On est prêts à y aller à 100% et les quatre beatmakers n’attendent que ça et nous aussi. La scène semble un peu trop osée pour ne pas qu’on s’enfonce pleinement dans l’EP avec eux.
On commence doucement avec Gems Grape. Après tout, ça fait quelques temps qu’on ne s’est pas vu et il ne faudrait pas que l’on se brusque. On se retrouve en douceur avec de petites caresses de synthés et un beat langoureux. Un vrai bonheur et une sensation de complétude nous envahit. Ils sont là, prêt à utiliser leurs doigts musclés pour nous faire du bien. L’ambiance se fait plus suave sur Hang Time. Comme le nom du morceau pourrait l’indiquer, on retient notre souffle et on se laisse guider par ce morceau avant de se laisser pleinement aller. Voilà que Drop arrive et nous enlace. La perte de contrôle est là et l’essai est converti. Tombent les masques et les vêtements. Cotton Claw est avec nous et peut-être même en nous tout en douceur. Quelques instants plus tard, les pads s’agitent et le rythme s’accélère. Voilà que revient ce plaisir auquel le groupe nous avait fait goûter il y a quelque temps. Puis vient ce dernier morceau : Through The Cracks. Un dernier appel, une dernière lancée. Un vocal qui nous donne quelques douces paroles avec, toujours, cette agilité manuelle pour nous garder en folie. C’est bon et on se laisse pleinement aller. Le morceau s’envenime et le climax s’installe. Ils sont là, vraiment et ils sont toujours aussi bons pour nous faire plaisir. L’ambiance retombe. L’acte et l’EP sont finis, mais pourquoi ne pas recommencer une nouvelle fois ?

Au final, Cotton Claw s’est toujours bien occupé de nous et sait comment nous faire languir, frémir et peut-être jouir. Le tout se passant bien évidemment entre leurs doigts et nos oreilles et rien de plus. Si certains se sont laissés aller à penser à autre chose avec cet article, c’est peut-être que Cotton Claw a un charme qui ne vous laisse pas de marbre. Libre à vous de penser ce que vous voulez ou d’essayer de nouvelles choses. Internet regorge de pépites, mais il fallait qu’on partage celle-là avec vous.

Plein de bisous
Pieral Ité


Retrouvez Cotton Claw sur
FacebookYoutubeSoundcloud

Elusive est disponible sur toutes les plateformes d’écoute et en CD/vinyle sur Bandcamp