Eternity Mixtape – Le Bron frappe un grand coup

Ca fait un petit moment que Sam Rooney, alias Le Bron, sémillant disc-jockey melbournois (enfin, de Melbourne, en Australie, sur terre) marche sur les traces de Breakbot. Ayant dédicacé un certain nombre des mixs publiés sur son soundcloud à ce dernier, il ne s’en cache clairement pas, et c’est pas pour déplaire. Tâter du pitch, du potch, jongler avec les samples pour superposer la voix des beeges sur un riff des jackson five, le tout sur la ligne de basse d’un morceau de justice, c’est un truc que j’aime bien (pas faire, mais entendre, car comme le laisse sous-entendre la granularité de mon jargon djesque, je pine keud en la matière).

Hier Le Bron a publié un mix de 7h sur lequel l’électro laisse place à la funk, le disco, la motown. L’on serait tenté de craindre que la longueur et l’exhaustivité de la playlist se ferait au détriment de la qualité du mix (rythmique, texture, variations, enchaînements…) mais perso, je trouve pas.

La première partie de la mixtape Eternity ici :

De quoi alimenter les chaudes soirées au coin du feu, ambiancer les fiestas quand on a la flemme de sortir, ou mettre en musique de fond quand on rejoue à GTA Vice City (ou si on joue à un autre GTA, mais qu’on se dit que -quand même- Vice City avait la meilleure funking bande son EVA dans l’histoire du jeu vidéo mais qu’il faut bien jouer aux suivants).

La playlist, bien que composées de chansons que d’aucuns classeraient dans un seul genre, est étonnamment variée.

Au delà d’une preuve supplémentaire sur la richesse du genre musical, cet éclectisme permet à de nombreux grooves de se confronter, fusionner, laisser la puissance de la fonk s’emparer de ton corps, te faire lacer tes sneakers et enchainer avec tes amis des petits pas synchronisés.

Gloire à la Fonk.