MATTIC / YAGO / PITCH : We Left With No Expectations

Une rencontre Tinder foirée.

Chaque jour, un de nos lecteur nous parle d’un RDV raté sur Tinder, en chroniquant en même temps un album qui vient de sortir.

J’étais en train de parler à cette meuf vraiment charmante. Son visage était envoutant : yeux en forme de pin’s de Johnny Halliday, sourire qui révélait deux défenses, un poulpe CHANEL qu’elle portait de travers et qui déversait de l’encre sur ses épaules menues. Soudain, la radio qui jouait depuis une heure du Maitre Gims, comme vaincue par un Hercule mélomane, se mit à cracher le dernier album de Mattic, Yago et Pitch.

Mattic, un peu ill, comme ill des X-mens, un peu X-rated peut-être même ceinture noire de karaté, qui sait ? Yago et Pitch… Qui fait quoi ? je ne sais pas. Ce que je sais c’est que la jeune plante me regardait comme un Merlan frit dans de la vieille huile d’un KFC sale. Je m’étais évadé en passant par les oreilles. Une lime titrée « dreaming drones », des draps noués avaient eu raison de ma présence incarnée. Musique planante et hip-hopante qui te replace dans la Cadillac de Butch « Bullet » Stein, au moment où il retrouve ses potos et qu’ils trippent, les zics de ces types te prennent pas aux tripes mais te relaxent comme du Billie Holiday. On pense à Guru, on pense à Mos Def, on devient adepte, p’tête même quand on est F complètement fly ça fait un effet Lucie in the sky with du sky. Musique intergalactique, après ça t’es prêt à affronter ton père dans un duel au sabre laser. Retour au bar. Maitresse Renarde, partie sans payer sa rebié, et moi Knock-out pendant que le serveur me rappelait sur terre avec son défibrillateur : « c’est 15 euros, et on prend pas la carte ».

 

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.