« Fields » nouvel EP électro-organique de NOKE

Petit nouveau de chez Banzaï Lab, NOKE sort un 1er EP « Fields » plein de promesses. Cet opus nous plonge dans un monde mécanique, onirique et enivrant. Un son electro dans l’air du temps, au beat droit et planant, teinté de touches organiques. Ces sons Noke est allé les chercher dans la nature, dans le milieu urbain qui l’entoure. Puis les a intégré en mélodies et en textures vivantes.
L’influence d’artistes tel Moderate, Mount Kimbie ou encore le français Superpoze, est présente dans le son de ce bordelais élevé au milieu des bacs à disques.
_
Ainsi il fait éclore une production élégante et stylée, aux beats secs et galopants, entre lesquels il laisse s’insinuer des touches d’humanité, plus accidentelles, plus réelles.
 _
« J’aime brouiller les notions de temps et d’espace, les laisser divaguer au fil des mesures et capturer l’instant. » Noke.
 

Crédit – Christopher Johnson

Tout au long de cet EP on se laisse planer, portés par un rhyme hypnotisant. Dans la lumière froide et solaire, le beat se cale sur celui d’une machine aveugle. Des bruits de tous les jours magnifiés par l’atmosphère ambiante. Une superbe production élégante et droite, dans laquelle on plonge comme dans un grand voyage, une aventure à en perdre haleine.
_
Cette balade, cette communion, il l’illustre dans le clip du morceau « Victoire », qui ouvre avec élégance cette lancinante danse robotique. Joliment mise en image, la fusion entre l’humain et la machine éclos   dans un mouvement cyclique et urbain, à l’equilibre fragile, tel un funambule sur son BMX.

Il y a quelque chose de fatal et d’ineluctable, dans les replis de ces morceaux. Les peurs de chacun sont aiguisées. Le décor est planté. Et dans ce halo, le beat rapide, radical, grille le monde des hommes et les machines fument. Mais chaque fois arrive un renouveau dans ce chaos. Traçant doucement son chemin, il vient chatouiller, réanimer avec douceur et délicatesse un tourment déjà loin de nous. C’est l’explosion, la vie reprend ses droits, un nouveau jour va naître. 

« Fields » nous plonge au coeur de cet univers onirique qui broie notre humanité mais dont l’on s’échappe toujours au bout du compte, parsemant le voyage de rêves et de cauchemars entêtants.
 _
Marie Le.