The Origami Case – The Waxidermist

Le Waxidermist est de retour.

Presque 3 ans depuis le premier EP.
Mais il fallait bien laisser un peu de temps à Lawkyz, le Docteur Jekyll géniteur du Mister Hyde aux doigts de cire, pour mener d’autres aventures. Tourner, jouer, créer, expérimenter.
Et les revoilà.
Lawkyz et son double. Maléfique le double ?

The Waxidermist
© Lucas Perrigot

 

Pas si sûr.
Quand on est un démon, on n’est pas si bien entouré. Ou alors en jouant de malice.
Premièrement créer un rythme qui donne envie de venir y ajouter son grain de sel.
Attirer ainsi dans le piège le compère de Versus, Yann Cléry, dont on parlait il y a peu.
La flûte envoutante pour charmer façon Kâ, Anna Kova.
Jouer sur les amitiés et convier les copains de tous les mauvais coups, façon Spaggiari montrant son équipe. Jesus Crise répond à l’appel.
La bande prend forme.
Mais le Malin a besoin de plus. Il aime les grandes familles. RacecaR, Mattic, Venomous 2000, Green T et FP de A State of Mind, Matthieu Detton, Greg Far, David Monet et Gérald Bonnegrace complètent la team préparant le casse du siècle.
Tu croyais faire Ocean’s eleven, et tu termines sur le thirteen.
On prend les mêmes et on recommence ?
Non.
Lawkyz est bien plus fin que ça.
On est dans la continuité.

À la suite de Versus, et du premier opus du Waxidermist, et surtout de toutes ces collaborations dans lesquelles on le voit surgir depuis plusieurs années.
On est toujours dans cet univers mêlant funk, soul, 70’s, ambiance cinématographique.
Façon blaxpoitation du 21 ème siècle et made in France s’il vous plait.
A écouter sur son skate, au volant d’un R16, ou en terrasse avec un petit Pastis et un rayon de soleil.

L’album est tout frais, démoulé il y a moins d’un mois, et si tu as des envies d’acheter c’est par ici que ça passe.